Accueil - Biographie Dieudonne Kevin - Kevin Dieudonné: l’animateur culturel se confie
Biographie/Media Biographie/Musique Interviews Média Musique

Kevin Dieudonné: l’animateur culturel se confie

Présentation….

Bonjour ! C’est KOTCHADJO Mawena à l’Etat civile et Dieudonné Kevin pour les intimes, Vino pour les plus proches. Je suis animateur présentateur à La chaîne du Futur (LCF), vous me suivrez généralement tous les matins dans Café Matinal entre 7 h et 9 h du Lundi au Vendredi. Vous me retrouvez également  le week-end c’est-à-dire les Samedis à partir de 20heure et les Dimanches dans l’après midi dans mon émission Africa Hit. Je m’occupe du programme de la radio City FM qui émet également sur la fréquence 89.9 et qui est aussi une partie intégrante du groupe Sud Médias. Je m’occupe enfin d’une structure que j’ai créée qui est Wadjo- Groupe ; une boite de production.

La radio, une passion

Je dis souvent aux gens que je viens de loin, je viens d’une famille assez modeste. Mon père est d’Atakpamé, ma mère également d’Atakpamé mais j’ai eu la chance de passer toute mon enfance ; une très bonne partie (près de 17 ans ) en Cote d’Ivoire. J’ai commencé par la radio, déjà sur les bancs du lycée j’étais en classe de première quand j’avais eu ma propre radio à moi. J’animais une émission qui se dénommait du Cœur à la plume dans la quelle je recevais des lettres de certains élèves et même de certains parents qui m’envoyaient leurs problèmes de cœur auxquelles trouvais des solutions. A l’époque j’animais déjà des concerts je me souviens, mon premier concert. Je l’ai animé quand j’étais dans la même classe et c’était avec  Jimi Hope.

Mais, pour moi la passion pour le micro ça a commencé déjà au cours primaire. C’est vrai je surprends des gens quand je parle de cours primaire. Déjà au lycée, j’étais sur tous les grands événements. Imagines-toi en classe de première je m’asseyais à table avec certains responsables culturels, certains artistes et tout… J’avais eu à animer le concert de Rico’s campos à l’époque ou il sortait ‘’l’amour finit au tombeau’’. J’ai aussi eu l’occasion d’animer une tournée également avec Pierrette Adams; Santi Doremi; Afia Mala…

Et Après le BAC ?

Je me suis formé aussi un peu comme les autres. Je dirai qu’après mon BAC D direct j’avais bien voulu faire une école de communication ou pourquoi pas du journalisme mais, les parents n’avaient pas les moyens. Je me suis encore retrouvé en Cote d’Ivoire et là, c’était parti plutôt pour une formation de DJ. J’étais DJ Atalakou dans les boites de nuit, je travaillais dans plusieurs clubs et j’animais les soirées. Je suis encore revenu à Lomé également j’ai fait la même chose comme en Cote d’Ivoire. A Lomé, j’ai fait une formation à SONOTECH, j’ai eu la chance de travailler également avec une grosse maison de production et de réalisation ; celle du frère de Jimi Hope ,Giles SENAYA. C’est aujourd’hui l’occasion de lui dire merci parce que c’est la bas j’ai fait les arts même de la télé.

C’est l’occasion de remercier le premier de LCF, je veux parler de SEM. Pascal Akoussoulèlou Bodjona que j’appelle toujours mon père spirituel parce que c’est ce monsieur là qui a eu foi en moi et qui ma mis à la télé. Il ne ma pas fait passer un concours, il ne ma pas recruté parce que je suis du nord, du sud de l’est ou de l’ouest. Il avait juste besoin d’un technicien animateur qui pouvait gérer une radio à une époque où il était entrain de créer ou installer une structure pour permettre à la jeunesse de s’épanouir.

La première fois à la télé

Tu t’imagines que je me retrouve pour ma première émission, ma première interview et c’est sur  la télé en direct et tout…et qui est devant moi ? le grand MOPAO quelqu’un pour qui je voyais une admiration pas possible, quelqu’un que j’appréciais tellement, un fan, un homme qui remplissait les stades un peu partout et on te dit c’est toi qui doit le recevoir. Je suis directement allé sur le net, j’ai commencé à rechercher des trucs sur lui, j’ai préparé quelques trois, quatre, cinq question… Mais, attendez-vous bien quant il est rentré en studio, j’ai été direct et je lui ai dit :‘’ La grand MOPAO, je fais mes premiers pas à la télé et j’espère que je peux compter sur vous’’. Il a dit : « mon fils ça va aller ». Ça été une belle expérience. A part MOPAO, les personnes comme Papa Wemba, Ismaël Lô,  Meiway et même Arafat m’ont marqués.

Regard sur la musique togolaise

Concernant la musique Togolaise, je pense qu’Ilya pleins de jeunes qui se battent, qui veulent bien sûr faire de la musique que je félicite et qu’au même moment, Il y a du professionnalisme qui manque dans ce métier.

 

Plus d’intimité

Il y a tellement de risque dans mon métier surtout quand tu es un homme public, tu n’as pas droit à l’erreur. Au fait, nous devenons à la fin une vitrine pour les autres. On n’est obligé de bien poser nos actes car nos vies privées en dépendent.

Enfin…

Si je vais ajouter quelque chose, c’est dire merci aujourd’hui à mes collègues car en majeur partie, ce sont ces personnes qui font du gros boulot. Profiter aussi de cette  opportunité  pour remercier l’administration. Aujourd’hui j’ai un directeur qui est formidable Mr. Luck ABAKI à qui je voudrais dire merci pour ce dynamisme, pour cette foi qu’il a en nous, pour cette façon de nous pousser malgré les difficultés de ce métier.

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

www.cultureautogo.com, le portail d'informations culturelles du Togo!!! La rédaction de cultureautogo.com se trouve à Lomé quartier Logome . Tel: +228 96 32 77 98
E-mail: contacts@cultureautogo.com

Ajouter un commentaire

Commenter

Rookie Meeting up : les artistes togolais à l’école de l’industrie musicale

Organisé par l’association « Par nous pour nous » en partenariat avec 228 Events, le Rooke Meeting up est une séance de formation à l’endroit des jeunes artistes afin qu’ils intègrent le concept d’équipe comme facteur clef dans la construction d’une carrière artistique réussie.

Articles par cétégorie

Abonnez -vous à notre Newsletter