Accueil - art togo - Histoire du Togo
Découvrir le Togo histoire du Togo

Histoire du Togo

Histoire ancienne
Comme la plupart des pays d’Afrique, l’histoire du Togo a débuté par des migrations de peuples à la recherche de contrées plus accueillantes et plus sûres. Parmi les premiers colons, on trouve les Kabyés et les Lambas, peuplades qui vinrent du nord entre le VIIème et le XIIème siècle en même temps que les tribus Tamberma, Akposso et Bassar.

Les Ewes, l’un des plus grands groupes du Togo, vinrent du sud-ouest du Nigeria et s’établirent d’abord dans la vallée du Mono, qui devint un centre important au XVIème siècle pour le commerce et l’agriculture. De là, les Ewes se déplacèrent d’abord vers la zone de Notsé, puis vers celle de Kpalimé, jusqu’au littoral et enfin l’actuel Ghana.

D’autres groupes suivirent. Les Guins arrivèrent au XVIIème siècle en provenance du Ghana actuel. Les Tchokossis arrivèrent à peu près à la même époque de la région de Côte d’Ivoire, et les Mobas depuis la zone du Sahel au Burkina Faso.

La traite négrière et les premiers commerçants européens
Les commerçants européens vinrent d’abord sur les côtes au XVème siècle pour y trouver des esclaves. En tête, il y avait les Portugais, suivis par les Danois, les Allemands, les Français et les Britanniques. C’est ainsi qu’au XVIIIème siècle des milliers de personnes furent enlevées pour travailler dans les plantations du Nouveau Monde.

Vers la fin du XVIIIème siècle pourtant, des esclaves affranchis au Brésil commencèrent à revenir s’installer sur la côte où ils s’établirent avec des descendants des commerçants portugais. Les « Brésiliens » comme on les appelait, pratiquèrent eux-mêmes la traite des noirs avec l’Europe et le Brésil et importèrent du tabac et du rhum du Brésil. Au fil des ans, les Européens établirent des comptoirs sur la côte mais ce ne fut qu’à partir de 1884 qu’ils acquirent la tête de pont qui devait conduire à la colonisation.

Cette année là, un diplomate allemand, Gustav Nachtigal, arriva dans un petit village appelé Togo, sur les rives d’un lac (qui est maintenant le Lac Togo) au nord de la plage. Il signa un traité avec le chef traditionnel, Mlapa, qui accordait à l’Allemagne des droits commerciaux dans la région et qui mena très vite à la création du Togo allemand. Le nom du petit village sur le lac devint celui de la région et le village fut rebaptisé Togoville.

La colonisation allemande
Aného devint la capitale du Togo allemand en 1887 et à la fin du XIXème siècle l’emprise allemande s’étendait au nord jusqu’à Sokodé. En 1887, les Allemands changèrent la capitale, qui devint Lomé sur la côte. Sous la domination allemande, le Togo devint la «colonie modèle» de l’Allemagne en Afrique et reposait sur la création de plantations et l’exportation de denrées alimentaires et d’huile de palme. Pour faciliter ce commerce, les Allemands construisirent trois lignes de chemin de fer : la ligne du coprah jusqu’à Aného, la ligne du café et du cacao jusqu’à Kpalimé, et la ligne du coton jusqu’à Blitta (centre du pays). Tous les terminus aboutissaient au wharf de Lomé qui fut construit en 1904. Les Allemands construisirent une base importante à Kamina, ville située à 180 km au nord de Lomé. Dotée d’un aéroport et d’une puissante station émettrice, la base de Kamina fut un chaînon de premier plan entre Berlin, le Togo et la flotte allemande.

La colonie modèle eut une fin brutale dès le début de la première guerre mondiale. Par une action combinée, les troupes britanniques et françaises encerclèrent la colonie allemande. En infériorité numérique, les Allemands abandonnèrent Lomé pour se consacrer à la défense de leur base de Kamina. Après deux semaines de résistance, les troupes allemandes se résignèrent à l’abandon de leur base. C’est ainsi que prit fin le 26 août 1914 la colonisation allemande.

Du protectorat à l’indépendance
Le Royaume-Uni occupa la ville de Lomé jusqu’en 1919. À la fin de la guerre, la France reçut de la SDN (Société des Nations) un mandat sur les deux-tiers du territoire se situant à l’est et le Royaume-Uni le reste. Cette partition de facto du territoire aboutit à deux protectorats.

Après la deuxième guerre mondiale, le mandat accordé par la SDN fut transféré à l’ONU qui venait d’être créée et qui insista pour que les deux protectorats fassent place à l’autonomie. En 1956, la partie du territoire confiée aux Britanniques décida par la voie des urnes son rattachement à la Gold Coast qui prendra le nom de Ghana après son indépendance en 1957. Pour sa part, le territoire sous administration française votera en 1957 pour la mise en place d’un gouvernement autonome du Togo au sein de l’Union française.

Viendra par la suite le scrutin du 27 avril 1958 qui ouvrira la voie à l’indépendance en 1960.

A propos de l'auteur

La Rédaction

www.cultureautogo.com, le portail d'informations culturelles du Togo!!! La rédaction de cultureautogo.com se trouve à Lomé quartier Logome . Tel: +228 96 32 77 98
E-mail: contacts@cultureautogo.com

Rookie Meeting up : les artistes togolais à l’école de l’industrie musicale

Organisé par l’association « Par nous pour nous » en partenariat avec 228 Events, le Rooke Meeting up est une séance de formation à l’endroit des jeunes artistes afin qu’ils intègrent le concept d’équipe comme facteur clef dans la construction d’une carrière artistique réussie.

Articles par cétégorie

Abonnez -vous à notre Newsletter

Festival Afrik’arts 2019